Accès direct au contenu


Version française > Partenariats publics-privés > Entrepreneuriat

Témoignage d'une ingénieure de recherche hospitalier


Marielle Defontaine est ingénieure de recherche du CHRU de Tours, détachée au laboratoire mixte Imagerie et cerveau  de  l'Université de Tours et l'INSERM.

Pouvez-vous présenter votre domaine de recherche ?


Depuis plusieurs années, nos recherches portent sur le développement de  méthodes acoustiques pour le diagnostic médical, et notamment sur l’état de santé du tissu osseux (problématique de  l’ostéoporose).
En 2007, nous avons développé une nouvelle méthode pour détecter le niveau de micro-endommagement de ces tissus. Nous nous sommes alors rendu compte que cette méthode pouvait être appliquée et plus facilement valorisée à d’autres secteurs plutôt industriels (contrôle qualité de produits) que celui du médical.

A quel moment avez-vous pris contact avec le Service Partenariat Valorisation Contrats ?

En 2008, nous avons souhaité breveter cette méthode. Le Service Partenariat, Valorisation, Contrats (SPVC) nous a alors conseillés dans les différentes étapes pour breveter cette invention au niveau international.  Le brevet a été déposé au mois de juin de la même année.

Aujourd’hui, nous travaillons ensemble sur l’analyse du paysage brevet actuel afin de définir la nouvelle stratégie de propriété intellectuelle. Nous envisageons de déposer de nouveaux brevets pour consolider le premier.

Quelle a été l’étape suivant le dépôt du brevet ?

L’étape suivante a été de définir si notre invention allait déboucher sur du transfert de technologie ou une création d’entreprise. Finalement, c’est la création d’entreprise qui a été retenue pour notre dispositif non intrusif de rhéologie dans la fabrication de produits : Rheawave

Le SPVC nous a alors mis en contact en 2009 avec l’incubateur Lancéo, grâce à qui  nous avons pu mettre en place et financer trois études de marché.

En 2010, le SPVC nous a aidés à monter deux dossiers : le 1er pour le Concours national de création d’entreprise innovante, catégorie émergence, que nous avons remporté. Le 2ème concernait  l’appel à projet de l’ANR Emergence où nous avons également  été retenus. 

Avec les fonds récoltés, nous avons financé un premier prototype destiné aux mesures R&D pour les secteurs béton et cosmétique !

En 2011, j’ai participé à la formation en entreprenariat Challenge+ à HEC, et plus récemment à la structure Start-up in vitro, qui met en relation des scientifiques avec de futurs entrepreneurs. Avec l’appui du SPVC, j’ai approché deux entrepreneurs potentiels avec qui m’associer mais c’est resté sans suite… Actuellement, la recherche d’associé  continue à partir du réseau professionnel du SPVC.

Où en est votre projet de création d’entreprise aujourd’hui ?


En septembre 2012, j’ai répondu à l’appel à projet de la Région Centre au fond de maturation. Le SPVC m’a accompagnée sur tout le travail nécessaire en amont pour le montage du dossier.

Si mon projet est retenu, je vais pouvoir développer un démonstrateur pour le secteur agro-alimentaire. Une étape indispensable pour lever les derniers verrous technologiques et pouvoir ensuite concrétiser le projet de création d’entreprise !

Je suis en contact avec un grand groupe d’agro-alimentaire qui souhaite acquérir des dispositifs non intrusifs de contrôle qualité lors de la fabrication de ses produits. Je dois maintenant réaliser un démonstrateur dédié à la production, qui pourra être testé sur la chaine pilote (fabrication de yaourts)  de cette société, et leur fournir - non plus une une preuve de concepts - mais une preuve de faisabilité in situ !

Quelle est selon vous la valeur-ajoutée du SPVC dans votre parcours ?

Durant toutes ces années, le SPVC a été présent à mes côtés. Il m’a soutenue, accompagnée dans ces différentes étapes de valorisation : de l’analyse des études de marché à la recherche de financement adapté à chaque étape du projet. Il m’a permis également de bénéficier du soutien des différents acteurs du territoire et de rencontrer des industriels du pôle de compétitivité Cosmetic Valley.

Nous nous sommes assurés de la viabilité de la future entreprise Rheawave ensemble, et j’espère que celle-ci verra le jour au second semestre 2013.
 

Propos recueillis le 28 septembre 2012

  • Facebook
  • twitter
  • google
  • imprimer
  • version PDF
  • Envoyer cette page

Retour au site institutionnel